Ascension du mont Kazbek

5 Sommets 5 Continents
dscf2576.jpg

Voici le récit de l'ascension du mont Kazbek en Géorgie par les membres de l'association 5 Sommets 5 Continents !

N'oubliez pas de jeter un oeil à leur album photo !

JOURNAL DE BORD, JOURS 13 À 18

 

Jour 13

Dernier samedi a Temi. JM et DD ont bien pris leur aise, contents de nous aider dans nos taches quotidiennes. C’est également notre dernier jour de travail, comme le dimanche est jour de repos. Réveil à 6h pour finir de planter les haricots puis après avoir englouti le petit-déjeuner préparé avec soin par Jean-Marc. Nous ne sommes absolument pas productif jusqu’au déjeuner, hormis Julia qui, devenue très proche avec les cuisinières (dont l’une son proposa son fils en époux), aidera JMM en cuisine. Une partie d’entre nous s’en va le long de la rivière l’après-midi avec les enfants tandis que Julia, Sandrine, Emma, JMM et DD se font conter l’histoire de Temi par un doyen de la communauté. Une visite des vignes de Temi fait suite à cette histoire avec l’aide de Pia notre admirable traductrice. Nous nous retrouvons tous pour ramasser pour la dernière fois –nostalgie quand tu nous tiens- les tomates et diner assez tôt : La visite d’un monastère tout en haut d’une montagne nous offert un sublime coucher de soleil sur les hauteurs de la Géorgie. Notre journée se finit par une baignade au lac artificiel ou Martin eu la génialissime idée de tenter une bombe proche du ravage, se ruinant les pieds histoire de rajouter un peu de piments pour l’ascension à venir.

La citation du jour : DD (en nous voyant nous jeter à l’eau chaude du lac) « C’est un coup à choper la crève ca ! »

 

Jour 14            

Un petit groupe se dirige vers l’Eglise de Temi afin d’assister a une messe orthodoxe. Il n’arriva malheureusement que pour assister à la sortie de la messe. Pendant ce temps là, certains travaillent en cuisine pendant que le président s’éclate à peindre des petits drapeaux à l’effigie du logo de Temi. Les drapeaux seront ensuite cousus sur les polaires par de véritables professionnelles : Emma, Julia et Sandrine réussissent à coudre à peu près droit malgré la présence de véritables tornades (la petite Lizy, et Nikoucha…) Après un moment de réconfort en village (glaces, boissons…) le temps est venu de préparer les sacs pour l’ascension, que nous pesons avec une balance datant de l’âge de mes grands-parents. Un grand repas festif (Supra) est organisé pour notre départ. On a mangé tous ensemble à la même table au rythme des toasts distribués par le Tamada (Chef désigne de la soirée) Ce supra aura duré toute la soirée, bercé par divers chants et arrosé comme il se doit.

La citation du jour : Loïc (recevant une fiente d’hirondelle sur le coin de l’assiette) « Ah c’est pas passé loin »

 

Jour  15

La dernière nuit à Temi fut assez rude après la soirée bien arrosée et le réveil fut agité pour l’un d’entre nous ! Loris et Emma ont fini la soirée autour d’un feu avec les allemandes. Nous prenons le bus à 8h après des adieux très émouvants et pleins de promesses de retours à Temi. Nous attendons par la suite 4h à l’aéroport tout en sachant que Jérôme n’arrivera que le lendemain à cause d’un problème d’avion. Pendant que certains dorment, d’autres jouent aux cartes dans l’aéroport. Lorsqu’enfin Georges et Tato nos guides arrivent : gros problème vis a vis de la nourriture de l’ascension. Après moultes discussions entre Mathieu et les guides nous décidons de passer dans un Carrefour avant de prendre la route direction Stephantsminda. Apres être passes, en voiture, devant une station de ski et les vestiges de monument datant de l’URSS nous arrivons finalement a notre maison d’hôte la “Naazi Guesthouse”. Derniers préparatifs avant le début de l’ascension.

La citation du jour : Loris (en examinant sa lampe frontale) « J’ai le seum, elle marche plus ma faciale »

 

Jour 16

Arrivée en 4x4 à 2200m. Tenue de combat oblige, crème solaire, les chevaux portent la nourriture et les sacs à dos de Jérôme et Jean-Marc. Les gentlemens s’arrangent pour que les filles n’aient pas trop à porter. Nous marchons pendant 5h, les paysages du Caucase sont vraiment dépaysant surtout pour la plupart d’entre nous dont la montagne était terre inconnue. La moraine aura un tantinet effrayé plus d’un.  Nous arrivons finalement au refuge situe à 3700m ou le mal des montagnes se fait ressentir entre maux de têtes, difficultés à respirer, perte d’appétit et de sommeil. Pour pimenter le tout, les toilettes sont détruites et tout doit se faire à l’extérieur. La nuit fut compliquée avec les cailloux lacérant nos dos, et le mal de tête omniprésent.

La citation du jour : Julia et Emma (en parlant de leur 1ere ascension) « On est ravis de faire notre dépucelage ensemble »

 

Jour 17

Après une nuit agitée, pour les étudiants qui (eux !) dorment dans les tentes,  entre le vent, l’humidité et les effets du Diamox (médicament contre le mal des montagnes avec pour effet secondaire ceux du viagra) nous partons tranquillement à 11h pour une marche d’acclimatation à 4000m. Suite à cette petite « mise en bouche », les guides nous fournissent l’équipement pour demain : nous nous entrainons à mettre nos crampons, baudriers et nous nous dirigeons vers un névé pour s’initier à la randonnée glaciaire. Cet apprentissage en effraie plus d’un, notamment Jérôme pas très rassuré de la suite des événements. Loris et Mathieu, les habitués de la montagne, font quant à eux de la luge sur ce névé à l’aide de sacs poubelle. Nous mangeons et nous couchons très tôt car le départ se fera de nuit à 3h du matin.  

La citation du jour : Jean-Marc (sortant pour la énième fois son oxymètre) «Qui veut un petit coup d’oxymètre ? »

 

Jour 18

Ça y est ! C'est le grand jour, nous partons à l'assaut du mont Kazbek. Il est 3h du matin. Mathieu a oublié de mettre ses crampons dans son sac et va les chercher in extremis avant le départ. Les premières inquiétudes apparaissent vers 4h30, alors que nous avons déjà traversé plusieurs névés sans souci nous retrouvons cette fois sur une neige complètement gelée. D'ailleurs Tato s'est payé une glissade d'une bonne vingtaine de mètres, Dédé aussi a chuté et il se retrouve avec les mains complètement ensanglantées.

Cette première difficulté passée, nous formons les cordées peu de temps après. La première menée par Tato avec Emma, Soazig, Mathieu, Martin, Jérôme, André et Jean-Marc, la deuxième menée par George avec Julia, Loïc, Sandrine et Loris. Nous commençons à marcher sur le glacier, on passe par dessus des crevasses. Vers 7h la pente s'accentuant nous chaussons enfin les crampons et nous nous tartinons de crème solaire. La suite de l'ascension est très pénible, c'est très raide et chaque mouvement est très éprouvant. Marcher en cordées n'est pas évident surtout que c'est la première fois pour la plupart d'entre nous. Malgré tout nous progressons, 4400m, 4500m, 4600m, 4700m, 4815m (on a dépassé le mont blanc!), 4900m: là nous faisons une pause un peu plus longue. Un véritable mur se dresse devant nous, c'est la dernière partie de l'ascension, la plus dure. On abandonne nos bâtons et on s'arme de piolets, certains laissent aussi leurs sacs, mieux vaut être le plus léger possible. Mathieu et Loïc en profite aussi pour prendre une gorgée de génépi.

10h40: nous pouvons laisser éclater notre joie... Que d'émotions ! Quelle satisfaction ! Nus sommes tous arrivés au sommet du mont Kazbek, 5047m ce n'est pas rien! Le temps de quelques embrassades et quelques photos et il faut vite redescendre : avec la chaleur, la neige se transforme et les conditions deviennent plus délicates. La fatigue se fait sentir. Une fois les cordes rangées, chacun termine la descente à son rythme.

Grosse frayeur de la journée lorsque Mathieu manque de tomber dans une crevasse, un pont de neige se dérobant sous ses pieds. Heureusement par réflexe il s’agrippe au bord de la crevasse sous le regard incrédule de Martin avec qui, il était encordé. À 15h tout le monde est bien rentré à la station, nous préparons un bon p'tit repas vers 16h puis faisons quelques parties de cartes. Vers 20h tout le monde va se coucher, il faut dire qu'après une journée comme ça nous sommes complètement rincés!

La citation du jour : Mathieu (en s’adressant à son équipe une fois au sommet du mont Kazbek) « Putain ! On l’a fait ! »

 

POUR RAPPEL

Le voyage de l'association 5S5C durera jusqu'au 29 juillet. Ils ont quitté l'organisation humanitaire le 21 juillet pour débuter leur ascension du Mont Kazbek qui culmine à 5047 mètres d'altitude.

Pour ceux qui n'ont pas encore eu l'occasion de prendre connaissance des objectifs de cette formidable équipe, vous pouvez consulter cet article.

Vous avez loupé les premiers écrits du journal de bord ? 

Stay tuned pour connaître la fin de leurs aventures !

 

Les dernières actus du pôle