Conférence sur l'antimatière par l'ingénieur physicien Yves Sacquin (CEA)

Et ça se passe quand ?

Le Jeudi 11 Décembre 2014 de 18h30 à 19h45

Où ?

Amphi papillon

R3 : Rencontrer, Réaliser, Réussir
Bourges

Conférence sur l’antimatière

Jeudi 11 décembre

18h30

Amphi Papillon

 

Intervention dans le cadre des Cordées de la Réussite

Organisée par l’association R3 – Rencontrer Réaliser Réussir du Pôle Solidarité

L’association R3 vous invite à venir assister à cette conférence qui abordera le thème de l’antimatière.

 

Mais...

QUE SAIT-ON DE L’ANTIMATIERE ??

 

L’antimatière est une des composantes des particules élémentaires, et est directement issue de la vision quantique du monde infinitésimal. Mais en même temps l’antimatière est devenue un outil, que ce soit pour des diagnostics médicaux ou des études de matériaux.

Yves Sacquin, ingénieur physicien au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), vous présentera ce qu’est l’antimatière et répondra à toutes vos interrogations.

 

Venez nombreux !

 

Bibliographie

Yves Sacquin est physicien expérimentateur dans le Service de physique des particules de l’Irfu (Institut de recherches sur les lois fondamentales de l’Univers), au CEA-Saclay.

Ancien élève de l’École polytechnique, il a soutenu sa thèse de doctorat en 1979 sur les interactions de neutrinos dans la grande chambre à bulles du CERN. Il a ensuite travaillé sur la détermination des fonctions de structure du proton et du neutron avec le faisceau de muons de haute énergie du CERN (1979-1985), puis dans l’expérience Delphi au LEP (collisionneur électrons-positons du CERN), plus particulièrement sur le très grand détecteur gazeux TPC (Time projection chamber) de cette expérience, de 1985 à 1999. De 1992 à 2004 il a travaillé sur le projet Antarès de détection des neutrinos cosmiques, installé au fond de la Méditerranée par 3000 m de fond au large de Toulon.

Il travaille actuellement dans le projet GBAR qui vise à fabriquer, au CERN, des atomes d’antihydrogène ultra-froids pour mesurer l’effet de la gravitation terrestre sur l’antimatière. Parallèlement à son travail scientifique, il s’est investi dans de nombreuses opérations de popularisation de la science, par des conférences, des écrits ou des interviews à la radio. Il a été Conseiller scientifique du directeur du Palais de la découverte en 2002-2003, et responsable de la communication de l’Irfu jusqu’en 2007. Il a participé au lancement des bars des sciences de la Société française de physique en 1997, et continue d’animer l’association ‘Bar des sciences Paris’, qui organise un rendez-vous mensuel. Il participe à l’organisation des rencontres « Physique et interrogations fondamentales » de la SFP et en a édité les actes.

Il a également traduit deux livres de vulgarisation scientifique de Frank Close : Asymétrie : le cadeau du Diable (EDP-sciences 2002), et Le Vide (EDP-sciences 2011). Il est également coauteur du site web de vulgarisation « La radioactivité ».